fbpx
Passer la navigation

Question de représentation : l’importance d’enseigner la programmation en tant que femme noire

janvier 28, 2020 Par Jayne

Originaires d’Haïti, mes parents ont immigré au Canada avant ma naissance. C’était bien avant l’arrivée d’Internet, la création de milliers d’emplois liés à la technologie et avant même la reconnaissance de l’écart entre les hommes et les femmes dans les domaines des STIM. Ma mère et mon père sont venus au Canada avec le rêve fou d’offrir à leur famille une meilleure vie et de meilleures possibilités d’avenir. Tous les deux, ils ont fait preuve d’un grand courage en laissant tout derrière eux pour s’établir dans un nouveau pays et repartir à neuf. Quand on y pense, ça semble être un changement colossal, mais c’est l’histoire de millions de personnes au Canada et je suis fière qu’elle fasse partie de mon propre héritage.

Question de représentation

Pendant mon enfance, mes parents ne m’ont pas donné beaucoup de choix de carrière. Ce n’est pas qu’ils n’avaient pas confiance en mes aptitudes, mais après avoir immigré dans un autre pays et avoir fait face à l’adversité, la seule chose qu’on souhaite c’est que nos enfants aient du succès et une bonne sécurité financière. Ma mère, qui est une infirmière des plus fabuleuses, a bien sûr tenté de nous pousser mes sœurs et moi vers cette branche tandis que mon père, lui, aurait aimé que je devienne avocate parce que j’aimais beaucoup me disputer (surtout avec mes sœurs). Bien que ces choix de carrière étaient tous intéressants, la programmation était non seulement un domaine obscure pour mes parents, mais pour moi aussi car je n’y étais jamais exposée. 

Bien que malheureux, je ne leur en veux pas. Il y a encore quelques années de cela, je ne connaissais pas beaucoup de femmes dans le domaine et encore moins de femmes noires. Pour les personnes noires et de couleur, la simple idée de travailler dans un domaine où personne ne nous ressemble est une barrière invisible difficile à franchir. Selon les statistiques, si les femmes ne représentent qu’un petit pourcentage de la main-d’œuvre dans le secteur des technologies, les femmes noires ont une plus faible présence dans le milieu. Il y a plusieurs raisons expliquant ce déséquilibre, mais il s’agit du résultat de la discrimination systémique et des pratiques décourageant les personnes de couleur, particulièrement les femmes noires, à prendre leur place en tant que chefs de file dans le secteur.

girl standing in front of Code Mobile banner
Cette apprenante d’Halifax voulait prendre une photo avec notre bannière. « C’est moi! »

Quand le temps est venu de choisir un programme à l’université et éventuellement une profession, j’ai décidé d’étudier en traduction, un programme composé de 90 % de femmes. Même si nous n’étions qu’un petit groupe de noirs, je me sentais à l’aise dans ce domaine, car j’étais plus ou moins représentée. Après ma première année à l’université, j’ai découvert la programmation et c’est là que j’ai su que je n’avais aucune intention de devenir traductrice. Revenons à aujourd’hui, des années plus tard, aux côtés de femmes noires ayant beaucoup de succès dans le secteur des technologies comme Takara Small et Aminka Belvitt, je sais que j’y ai ma place.

Quand une personne de couleur est victime d’injustice, elle a le devoir de passer à l’action. Quand j’ai commencé à travailler avec la Code Mobile, je savais que j’avais une responsabilité au-delà de l’enseignement de la programmation. J’étais la représentation dans le domaine des technologies que je recherchais pendant toutes ces années. 

La technologie comme outil d’épanouissement

Ce qui m’a menée vers Canada en programmation est leur conception de la technologie comme outil d’épanouissement. Je prends conscience de cela tous les jours lorsque je vois la communauté noire sur Twitter dénoncer des injustices régulièrement avec des mots-clics comme #BlackLivesMatter et #YouOkSis. 

girl presenting project on laptop
Cette apprenante a participé à un atelier sur le HTML et le CSS et a créé un site célébrant l’identité des filles noires. #BlackGirlMagic

Pendant nos visites, nous avons souvent eu la chance de faire du mentorat ou d’enseigner à de jeunes filles noires qui ont été initiées à la programmation grâce à la Code Mobile. À la fin des ateliers, elles ont pu créer de superbes sites web à propos du mouvement #BlackGirlMagic, des coiffures africaines, ainsi que de l’estime et l’acceptation de soi. C’est toujours gratifiant de voir ces jeunes filles non seulement apprendre mais aimer la programmation tout en profitant de l’occasion pour s’épanouir et valoriser leur communauté!

D’un autre côté, il n’est un secret pour personne que la technologie a servi aussi comme instrument de discrimination et de haine. Par exemple, il y a des logiciels de reconnaissance faciale à système d’intelligence artificielle qui ne reconnaissent pas les visages de personnes noires ou les identifient mal par rapport aux visages de personnes qui ne sont pas des minorités. Il est évident que le racisme systémique fait partie de la conception de ces technologies. Il s’agit d’une excellente raison pour laquelle les personnes de couleur, particulièrement les femmes, devraient prendre leur place dans le monde des technologies et y jouer un rôle important. C’est avec leur participation active qu’il y aura moins de préjugés dans le processus de conception de logiciels et de recrutement.

Girl on computer
Nous avons fêté la journée « Girls in ICT » (Filles dans les TIC) et cette participante a adoré découvrir le code et programmer.

Aujourd’hui, je ne suis peut-être qu’une enseignante parmi tant d’autres pour ces jeunes filles. Mais, un jour, lorsque quelqu’un dira à une fille noire qu’elle devrait choisir une carrière plus « réalisable » que les STIM, elle pensera à cette enseignante noire avec un gros afro et de grosses boucles d’oreilles qui leur a montré comment coder un jeu sur Scratch ou un site Web. J’espère qu’elle se souviendra du moment magique où elle a réussi à créer quelque chose par elle-même et qu’elle se verra prendre place en tant que chef de file dans une entreprise ou même fonder la sienne.

Si vous souhaitez en savoir plus sur la Code Mobile ou réserver une visite pour votre collectivité, consultez notre site Web : www.codemobile.ca. Nous organisons des ateliers pour les enfants, les ados, le personnel enseignant et les adultes. Peu importe le public cible, nous avons des programmes qui permettent à tous de développer leurs habiletés numériques.

Cet article de blogue a été rédigé par Jayne, responsable des communications Code Mobile de Montréal. Jayne fait partie de l’équipe de Canada en programmation depuis 2018! Passionnée et enthousiaste, elle est un véritable phénomène dans le monde de l’enseignement de la technologie.

Partager cette publication