fbpx
Passer la navigation

Dans le monde des organismes à but non lucratif, la TdC sert à planifier et à évaluer le changement social. Elle explique le processus de changement en décrivant les liens de causalité d’une initiative, c’est-à-dire, les résultats à court, moyen et long terme. Les correspondances entre les résultats sont expliquées par des liens logiques, des présomptions ou des énoncés expliquant pourquoi un résultat mène à un autre.   

 

Lorsque Canada en programmation conçoit des programmes et en mesure leur portée, les présomptions contenues dans la TdC nous aident à voir toutes les différentes routes vers le changement (même si ces routes n’ont aucun lien avec nos programmes ou expériences).  La TdC décrit pourquoi et comment le changement survient et oriente nos décisions dans la conception bien précise de nos programmes. Par exemple, notre ratio de quatre apprenantes et apprenants pour une mentore ou un mentor favorise un environnement d’apprentissage axé sur la collaboration et l’esprit de communauté, ce qui améliore aussi la confiance des apprenantes et apprenants lorsque celles-ci et ceux-ci utilisent une technologie. Il s’agit d’une présomption décrite dans notre TdC qui a été prouvée durant nos activités.  En effet, un environnement d’apprentissage social et collaboratif aide les apprenantes et apprenants à se sentir plus confiants et à l’aise avec la technologie.

 

Nos méthodes d’évaluation, comme nos sondages de rétroaction et nos groupes de discussion, mesurent les effets de changement et la véracité de nos présomptions. Lorsque les données d’évaluation s’accumulent, nous mettons à jour notre TdC et la précisons afin de mieux refléter les progrès réalisés en vue d’atteindre nos objectifs et les changements majeurs que nous souhaitons créer au Canada.

 

Consultez la théorie du changement de Canada en programmation ici.