fbpx
Passer la navigation

Le code de la programmeuse et de programmeur

  • Faire preuve de civilité et d’ouverture
  • Faire preuve de respect, y compris envers le temps ou l’espace occupé
  • Bien choisir ses mots et ses actions : le harcèlement physique, sexuel et verbal est inacceptable
  • Favoriser un environnement accueillant, inclusif et sécuritaire pour des gens de tous les horizons; ne pas discriminer autrui en fonction de leur identité (p. ex. : race, genre, sexualité, âge, classe, habileté, religion, etc.)
  • Faire preuve de présence d’esprit
  • Faire de son mieux
  • Avoir du plaisir

La communauté est au cœur de Canada en programmation. Les membres de notre organisme sont des professionnels et des bénévoles de partout au pays travaillant sur chaque aspect de notre mission, y compris la conception d’activités, le mentorat, l’enseignement et le développement de communautés locales. Bien que la diversité soit l’un de nos meilleurs atouts, les points de vue divergents sont parfois source de problèmes de communication, de malentendus et de conflits. Comme notre communauté grandit, évolue et se développe, il est primordial de définir clairement nos valeurs pour tous les membres actuels et futurs de notre communauté.

Le code de conduite ci-présent a été conçu pour définir ces valeurs fondamentales et offrir des lignes directrices concernant les comportements attendus dans les espaces de Canada en programmation. En respectant ces valeurs et en adoptant ces comportements, nous favorisons une communauté encourageant la participation de gens de tous les horizons et de toutes les identités tout en accomplissant un travail formidable.

Ce code est fondé sur la compréhension des standards les plus élevés et de l’engagement à adhérer à ceux-ci. Il sert à renforcer la confiance au sein de la communauté, dans notre travail, dans les activités que nous organisons et auxquelles nous participons.

Il s’applique de façon égale aux employés, aux fournisseurs, aux responsables de section, aux bénévoles et à tous ceux participant à la communauté de Canada en programmation. Le code ne répond pas à toutes les questions. Toutefois, il contient des lignes directrices qui faciliteront l’interprétation des situations. Ainsi, il sert à favoriser une bonne conduite au sein de notre communauté à l’échelle du pays.

Le code de conduite s’applique également dans tous les espaces et dans toutes les divisions de Canada en programmation. Ceux-ci comprennent les espaces en ligne et physiques, comme les ateliers, les groupes de rencontres, les listes d’envoi et les communautés Facebook.

Le contenu de ce code ne va en aucun cas à l’encontre des obligations organisationnelles de Canada en programmation envers ses employés sous contrat. Dans cette même lignée, il est possible que certains membres de l’équipe aient des obligations professionnelles. Il est conseillé de s’informer à propos de celles-ci auprès de leur gestionnaire et des associations professionnelles en cas de conflit d’intérêts apparent.

 

Nos valeurs communes et les comportements attendus

 

Civilité et patience

La plupart des personnes participant à nos activités sont de véritables débutantes ou débutants souhaitant acquérir de nouvelles compétences, ce qui est parfois intimidant.  Nous mettons l’accent sur un environnement d’apprentissage positif où règnent civilité et patience, deux qualités dont il faut faire preuve avec les apprenantes et les apprenants éprouvant des difficultés, que ce soit avec le contenu, en utilisant un ordinateur ou en cas de problème technique.

 

Ouverture

Nous souhaitons que notre communauté soit ouverte et qu’elle encourage la participation de gens de tous les horizons et de toutes les identités sans discrimination en fonction des caractéristiques suivantes (liste non exhaustive) : race, ethnie, culture, origine, couleur, statut d’immigration, classe socioéconomique, niveau d’éducation, sexe, orientation sexuelle, expression et identité de genre, âge, taille, statut familial, opinions politiques, religion et capacité mentale ou physique. Certains de nos programmes (c’est-à-dire, Ladies Learning Code, Girls Learning Code, et Teens Learning Code) donnent spécialement priorité aux femmes et aux jeunes filles (cis et trans) et aux personnes non binaires, car ces groupes sont actuellement sous-représentés dans l’industrie des technologies. La participation de personnes ne s’identifiant pas à ces groupes est la bienvenue, mais celles-ci doivent savoir que nous concentrons nos efforts sur les besoins propres au groupe cible de chaque programme.

 

Considération

Le fruit de votre travail sera utilisé par autrui et vous dépendrez aussi du travail des autres. Comme toutes les décisions que vous prendrez affecteront quelqu’un d’autre, il est essentiel de penser aux conséquences au moment de faire des choix. De plus, comme nous œuvrons à l’échelle nationale, n’oubliez pas qu’il est possible que vous ne communiquiez pas dans la langue maternelle de votre interlocuteur.  Certains de nos programmes (c’est-à-dire, Ladies Learning Code, Girls Learning Code, et Teens Learning Code) donnent spécialement priorité aux femmes et aux jeunes filles (cis et trans) et aux personnes non binaires, car ces groupes sont actuellement sous-représentés dans l’industrie des technologies. La participation de personnes ne s’identifiant pas à ces groupes est la bienvenue, mais celles-ci doivent savoir que nous concentrons nos efforts sur les besoins propres au groupe cible de chaque programme.

 

Respect

Nous ne sommes pas toujours d’accord, mais un désaccord n’est pas une raison d’adopter un comportement déplacé ou de faire une remarque désobligeante. Il est normal d’éprouver de la frustration de temps à autre, mais cette frustration ne doit pas prendre la forme d’une attaque personnelle. Il est important de garder en tête qu’une communauté dans laquelle les membres se sentent menacés ou peu à l’aise n’est pas productive. Les membres de la communauté de Canada en programmation doivent faire preuve de respect les uns envers les autres, que ce soit avec d’autres membres ou avec des gens à l’extérieur de la communauté de Canada en programmation. Le respect constitue à :

 

  • écouter les gens quand ceux-ci parlent, y compris quand un formateur ou une formatrice donne un atelier ou pendant le mentorat.

 

  • faire attention au temps ou à l’espace que nous occupons. Laissez la chance aux autres de poser des questions ou de partager leur point de vue.
  • prendre soin de toutes les propriétés et possessions (y compris les dons en argent ou en chèque, les documents, le matériel et l’équipement) utilisées dans le cadre de notre travail et en assurer la sécurité et la protection en tout temps.
  • manipuler des documents contenant des informations confidentielles ou sensibles et gérer des situations délicates avec soin et ne dévoiler des informations à leur sujet que si la loi ne le permet.

 

Bien choisir ses mots et ses actions

 

Nous sommes une communauté de professionnels et notre comportement se doit d’être tout aussi professionnel. Faites preuve de courtoisie : n’insultez pas ou ne dénigrez pas d’autres participants. Le harcèlement et d’autres comportements visant à exclure autrui ne sont pas tolérés. Ces comportements découragés comprennent, entre autres :

    • les menaces de violence ou injures envers autrui;
    • les blagues et mots discriminatoires;
    • la publication de contenu violent ou sexuellement explicite;
    • la publication (ou la menace de publication) d’informations identifiant personnellement quelqu’un (c’est-à-dire, la divulgation de données personnelles ou « doxxing »);
    • les insultes personnelles, y compris des termes racistes, sexistes, capacitistes (p. ex. : « stupide »), homophobes (p. ex. : « c’est gai »), transphobe ou classiste;
    • l’attention sexuelle non sollicitée;
    • l’encouragement ou le soutien envers les comportements indiqués ci-dessus.
    • le harcèlement récurrent envers autrui. Généralement, si quelqu’un vous demande d’arrêter, vous devez arrêter;
    • l’utilisation du mauvais genre ou des mauvais pronoms à quelqu’un de manière intentionnelle;
    • la présomption des pronoms de choix de quelqu’un selon leur expression de genre perçue. Si vous présumez le pronom de quelqu’un et que cette personne vous corrige, excusez-vous poliment, mais ne vous attardez pas sur la chose, car vous risquez de rendre cette personne mal à l’aise ou de lui faire sentir qu’elle n’est pas à sa place.

 

En cas de désaccord, essayez de comprendre

Il arrive parfois que nous ne soyons pas en accord. Par conséquent, il est important de gérer les désaccords et les points de vue différents de manière constructive. Canada en programmation tire toute sa force de sa communauté diversifiée, qui comprend des gens de tous les horizons. Comme nous sommes tous différents, nous avons tous notre propre perspective. Si l’on ne comprend pas le point de vue d’autrui, cela ne signifie pas que ce point de vue est faux. Essayez plutôt de résoudre les problèmes et d’apprendre de vos erreurs. Nous préconisons une démarche proactive et progressive. Nous vous encourageons à revoir votre propre rôle dans le désaccord et à trouver des solutions, si possible.

 

Honnêteté et transparence

Nous devons faire preuve d’ouverture, d’honnêteté et de transparence dans notre travail. S’il y a conflit entre nos intérêts personnels et ceux de la communauté, il est essentiel de l’exprimer et de demander conseil auprès des gestionnaires. Nous respectons les lois en vigueur et les politiques de l’organisme.

 

Un espace sans violence, abus et harcèlement

Canada en programmation souhaite prévenir la violence, l’abus et le harcèlement en favorisant la création d’espaces physiques et en ligne où tous les membres se respectent et collaborent.

Les mots ou les actions désagréables dont le caractère est ou devrait être reconnu comme désobligeant, embarrassant, humiliant ou dévalorisant ainsi que les comportements intimidant, isolant ou discriminant une personne membre de notre communauté ne sont pas tolérés. Canada en programmation annulera la participation de toute personne ayant fait preuve ou ayant admis avoir fait preuve d’une telle conduite ou qui en est reconnue coupable.

Les comportements jugés inacceptables et n’étant pas tolérés comprennent :

  • le harcèlement ou la discrimination selon la race, la classe, l’identité de genre, la sexualité, la religion ou l’origine ethnique;
  • les remarques, les blagues ou les sous-entendus visant à humilier, à ridiculiser, à intimider ou à offenser autrui;
  • le mauvais traitement d’une ou d’un jeune dans le but de faire mal, de blesser ou de faire souffrir physiquement cette personne;
  • les situations durant lesquelles un adulte utilise la peur ou l’humiliation ou abuse verbalement quelqu’un dans le but de manipuler le comportement d’une ou d’un jeune sous leur autorité;
  • l’abus verbal comme les cris, les insultes ou les injures;
  • les gestes sexuels implicites ou explicites ou l’obligation ou l’encouragement dirigé envers autrui à faire des actes sexuels implicites ou explicites seul ou avec quelqu’un de tout âge, de même sexe ou de sexe opposé;
  • les expressions ou blagues sexuelles, les références écrites ou orales à une conduite sexuelle, les rumeurs à propos de la vie sexuelle de quelqu’un et les commentaires à propos des activités ou des prouesses sexuelles ou des troubles sexuels d’une personne;
  • l’abus verbal de nature sexuelle;
  • l’affichage d’objets, de photos ou de dessins suggestifs;
  • le regard ou le sifflement suggestif, tout contact physique inapproprié (frottement, caresse), le langage ou les gestes obscènes et les commentaires suggestifs ou insultants;
  • les rumeurs sournoises;
  • l’exclusion d’autrui ou l’indifférence envers une personne;
  • le sabotage du travail d’autrui;
  • les fausses allégations à propos de quelqu’un dans des notes ou des documents de travail;
  • l’affichage ou la circulation de photos ou de matériel imprimé ou électronique de nature blessante;
  • l’intimidation;
  • les appels téléphoniques ou les courriels blessants ou intimidants à répétition.

 

Même si personne n’est visé directement, les mots et les actions peuvent avoir des répercussions négatives sur la communauté en rendant l’environnement de travail hostile désagréable.

Les actions ou comportements raisonnables d’un employé ou d’une employée, d’un ou d’une gestionnaire ou d’un superviseur ou d’une superviseure dans le cadre de leurs fonctions ne sont pas considérés comme du harcèlement au travail. Ceci est le cas même si les conséquences sont parfois déplaisantes, par exemple, en cas de changement de tâche, de lieu de travail, d’horaire ou d’évaluation, de surveillance ou de révision d’un travail, d’inspection du lieu de travail, d’imposition d’un uniforme et de mesures disciplinaires.

Les situations accidentelles, comme le contact physique entraîné par la chute d’un collègue, ne constituent pas un exemple de violence en lieu de travail selon ce code.

 

Qu’arrive-t-il s’il y a violation du code de conduite?

Nous souhaitons que tous les membres de la communauté soutiennent le contenu de ce code et dirigent les gens qui n’en sont pas au courant vers ce document au besoin. Si cela ne fonctionne pas, ou si vous avez besoin de plus d’aide, communiquez avec nous à l’adresse conduct@www.canadalearningcode.ca ou soumettez votre signalement de manière anonyme au bit.ly/clcreporting. Le comité du code de conduite de Canada en programmation examinera tous les signalements et répondra à ceux-ci. Tous les signalements restent confidentiels.  

Veuillez inclure les informations suivantes dans votre signalement :

  • vos coordonnées;
  • des informations identifiant la personne ayant violé le code de conduite;
  • le comportement constituant une violation;
  • le moment approximatif auquel le comportement a eu lieu;
  • l’endroit où la violation du code de conduite a eu lieu, si possible;
  • les circonstances de l’incident;
  • s’il y a un enregistrement public (p. ex. : publication Facebook), veuillez fournir un lien vers celui-ci;
  • toute information supplémentaire pertinente.

 

Si vous croyez être en danger physique ou si vous croyez que quelqu’un d’autre l’est, veuillez en informer les autorités policières appropriées en premier. Si vous n’êtes pas certaine ou certain des autorités policières à contacter, veuillez l’indiquer dans votre signalement et nous tenterons de communiquer avec elles.

Si vous n’êtes pas certaine ou certain si un incident constitue une violation ou si l’espace où celui-ci a eu lieu est couvert par ce code de conduite, nous vous encourageons quand même à signaler l’incident.

Si l’incident n’est pas une violation selon l’évaluation du signalement, nous n’aurons aucun jugement négatif à votre égard. En nous informant d’incidents ne constituant pas une violation ou se déroulant à l’extérieur de nos espaces, vous nous aidez à améliorer le code de conduite et les aspects qui l’entourent.

 

Comité du code de conduite

Le comité du code de conduite est un groupe comprenant au moins trois membres de l’équipe de Canada en programmation. Celui-ci est supervisé par le conseil d’administration. Le conseil en examinera les membres régulièrement.

 

Réponse au signalement

 

Quand un signalement est fait au comité, ce dernier en confirmera la réception. Le comité enverra la confirmation dans les 24 heures et pourrait demander plus d’informations.  Il doit y avoir consensus au sein du comité concernant la décision rendue sur le signalement. S’il n’y a pas consensus après une semaine, le comité consultera le conseil d’administration afin qu’une décision soit rendue.

 

Cette décision pourrait être, entre autres :

  • L’inaction (s’il n’y a pas violation du code), ou la considération :
    • d’une révision du code de conduite pour inclure l’action signalée (si cette action a été jugée inappropriée);
    • d’une séance de résolution de conflit à planifier avec un membre du comité et les personnes concernées (si celles-ci acceptent de participer);
    • de toute autre action favorisant le bien-être d’une personne dans la communauté.
  • Une réprimande privée de la part du groupe aux personnes concernées. Dans ce cas-ci, la direction du groupe enverra cette réprimande aux personnes concernées par courriel, en mettant le groupe en copie cachée.
  • Une réprimande publique. Dans ce cas-ci, la direction du groupe fera la réprimande au même endroit où la violation a eu lieu. Le groupe a le choix de publier ce message à un autre endroit pour la postérité.
  • Un congé (c’est-à-dire, demander à quelqu’un de « prendre une pause » de sa participation à une liste d’envoi ou de son bénévolat dans un programme). La direction du groupe communiquera la suggestion de ce « congé » aux personnes concernées. Ce « congé » sera d’abord volontaire, mais le groupe peut imposer une interdiction temporaire en cas de refus.
  • Une interdiction permanente ou temporaire d’accéder à une partie ou à la totalité des espaces de Canada en programmation. Le groupe tiendra un registre de toutes les interdictions afin que celles-ci soient revues en temps et lieu.
  • Une demande d’excuse publique ou privée.

 

Toutes les parties concernées ou affectées directement sont libres de demander une révision de la décision du comité.

 

Merci de vous engager et de vous dévouer à notre organisme et à notre mission importante.

 

Merci à Speak Up!, à Project Django et à Dames Making Games

d’avoir inspiré la création de ce code de conduite et d’avoir fourni du texte original.