Passer la navigation

De la peur à l’enthousiasme : l’atelier Femmes en programmation qui a changé ma perception du codage

novembre 5, 2020 Par Evelyn

Je n’aurais jamais cru que j’apprendrais à coder dans mes temps libres, ni que le codage ferait partie de mon travail. Honnêtement, le codage et l’informatique m’ont toujours semblé très difficiles. Je n’avais aucune raison de m’imaginer cela; j’étais tout simplement intimidée. À l’école secondaire et à l’université, j’ai souvent entendu parler de l’informatique, mais je n’ai jamais pensé que c’était un domaine pour moi. J’aime écrire et créer des graphiques pour raconter des histoires. Pour moi, le codage, c’était tout le contraire. Enfin, c’est ce que je pensais, jusqu’à ce que je travaille chez Canada en programmation.

En tant que gestionnaire du marketing, j’ai touché au code dès le début de mon poste. J’avais accès à l’interface dorsale de notre site Web. Un jour, j’ai assisté à une visite de la super équipe Code Mobile de Toronto dans une école, ce qui m’a permis de découvrir le type d’expériences que nous concevions et organisions. Après tout, je devais savoir quoi et comment communiquer au public pour les informer de nos activités!

J’ai donc appris à coder sur le tas. J’ai cherché sur Google des façons d’intégrer des images et de créer des balises d’ancrage. J’ai même vérifié l’exactitude des lignes de code que j’ajoutais aux graphiques de marketing. Le moment était venu de passer à l’étape supérieure et d’apprendre les bases du HTML et du CSS. Quand nous avons commencé à organiser des expériences en ligne, j’ai sauté sur l’occasion et j’ai participé à ma toute première expérience de Femmes en programmation.

J’étais très nerveuse, mais VRAIMENT impatiente d’apprendre à coder avec l’équipe francophone et bilingue de la Code Mobile. Ce qui me rendait nerveuse était le fait que je n’avais aucune réelle expérience avec le code à part mes recherches sur Google. En plus, j’allais apprendre avec des collègues et je ne voulais pas faire mauvaise impression! Dès que je me suis connectée, j’ai été accueillie par des sourires et des rires. L’équipe savait que je m’étais inscrite! Boom, je n’étais plus nerveuse! J’étais seulement enthousiaste à l’idée d’apprendre à coder avec l’équipe pendant les prochaines heures.

Zoom video call.

Avant d’aller dans la salle principale avec tout le monde, j’ai fait mon enregistrement virtuel. On a rapidement vérifié que j’avais tout pour participer et que je répondais aux exigences technologiques, et j’étais prête à commencer!

On m’a transférée dans la salle principale, qui comptait le responsable de la formation et d’autres personnes apprenantes. Nous avons discuté des raisons pour lesquelles nous assistions à l’atelier et nos attentes par rapport à l’apprentissage. J’ai rencontré une apprenante qui n’avait jamais pensé à coder (comme moi!). Elle cherchait un emploi et n’avait pas envie de travailler dans ce qu’elle avait étudié à l’université. Elle voulait seulement apprendre quelque chose de nouveau et d’utile. Une autre apprenante a dit qu’elle participait à l’atelier, car elle voulait savoir si le problème qu’elle rencontrait avec son site était complexe ou si elle pouvait le régler par elle-même. Il était évident que les personnes qui participaient avaient des niveaux d’expériences très variés.

J’ai trouvé que l’atelier était très amusant et axé sur la collaboration. Nous apprenions étape par étape et je n’ai jamais eu l’impression d’être perdue ou en retard par rapport aux autres. Dans mes textes marketing, j’ai beau dire que nos ateliers favorisent les échanges, mais je ne l’ai réellement compris qu’en participant moi-même. Nous avions souvent l’occasion de poser des questions, et nous en posions BEAUCOUP. Nos questions étaient parfois simples, comme « On clique où? ». D’autres étaient un peu plus complexes, comme « Comment imbriquer des balises efficacement dans une très longue section? ». Nous n’étions jamais poussées à passer à la prochaine étape quand nous travaillions sur nos projets. L’équipe s’assurait vraiment que nous étions au même stade avant de continuer.

HTML webpage with the title, description and the puppy image.

À la fin de l’atelier, j’avais créé ma première page Web. J’ai aimé que l’atelier soit centré sur les projets. Je peux toujours retourner à mon projet pour y ajouter de nouveaux éléments et en modifier l’apparence! Avant de conclure la séance, l’équipe nous a demandé si nous avions des questions pour clarifier des notions apprises ou obtenir du soutien avec des projets réalisés à l’extérieur. Les deux heures sont passées très rapidement et j’ai acquis une toute nouvelle compétence en peu de temps!

Maintenant, je comprends mieux le HTML et le CSS. L’expérience a éveillé ma curiosité et m’a donné envie d’aller regarder dans l’interface dorsale de notre site plutôt que de seulement ajouter du contenu. Il y a un autre avantage : je peux vraiment dire « Oui, on peut faire ça » quand je reçois des requêtes. Avant, je passais des heures à faire des recherches pour en savoir plus. Après un seul atelier, je peux prendre des décisions en toute confiance et participer à des conversations qui m’intimidaient avant.

Avez-vous envie d’apprendre ou de vous perfectionner dans un environnement accueillant et solidaire? Que ce soit pour vous amuser ou pour gagner en assurance au travail, inscrivez-vous à nos expériences Femmes en programmation!

Nous souhaitons remercier nos partenaires chez Microsoft pour leur soutien envers le programme Femmes en programmation! Microsoft s’est engagée à favoriser le développement des compétences numériques de la population en appuyant des organismes comme Canada en programmation. C’est pourquoi elle a créé des ressources d’apprentissage pour celles et ceux voulant poursuivre leur parcours d’apprentissage. Ces ressources sont accessibles ici : aka.ms/Skills. Merci à Microsoft de soutenir des apprenantes comme Evelyn et de croire, autant que nous, au potentiel des compétences numériques en tant qu’outils d’épanouissement.

Autres textes à lire

Faire tomber les barrières en créant des occasions pour tout le monde

Par Canada en programmation

Le domaine de l’informatique prend rapidement de l’expansion, ce qui est une bonne chose. Malheureusement, malgré cette expansion, l’écart entre l...

Voici Caroline, une apprenante du cours Compétences numériques pour l’entrepreneuriat qui a pris sa carrière en main pendant la pandémie

Par Canada en programmation

La pandémie mondiale a pris une ampleur inattendue et sans précédent. Elle a touché des milliards de personnes partout sur la planète : plusieur...

Voici Anne, une enseignante enjouée qui croit qu’il est important d’enseigner l’informatique à tous les élèves!

Par Canada en programmation

À l’hiver 2020, 90 % des personnes ayant répondu à notre sondage du Cadre de référence pour l’enseignement de l’informatique ont jugé qu...