Passer la navigation

Une fille sociale en technologie…mais toujours sociale

août 30, 2018 Par Zulma Martinez

L’être humain est avant tout un être social. Nous avons besoin de communiquer, de partager, d’échanger pour évoluer, pour grandir, pour contribuer. La société évolue vers une société connectée, nous partageons de plus en plus à travers la technologie : avec nos cellulaires, avec nos ordinateurs. Je fais partie de la génération née avant l’invention de l’internet, des objets connectés, de l’intelligence artificielle, mais qui a appris à les utiliser et maintenant je suis une utilisatrice intéressée et curieuse.

 

De la Colombie je suis immigrée au Canada, au Québec cela fait déjà 10 ans. J’ai étudié en économie avec la conviction de pouvoir aider les gens car j’avais à coeur de contribuer à bâtir un monde meilleur. L’inclusion sociale fait partie de mes valeurs, ainsi je suis préoccupée par comment donner accès aux ressources à une population si diverse dans un monde où les inégalités sont si grandes.  Mais accès à quoi? Aux ressources qui sont là mais qui sont mal réparties : l’accès à la terre, l’accès à un environnement sain, l’accès à l’éducation, l’accès à l’emploi et l’accès à la technologie. Comment les femmes, les immigrant.e.s, les filles, les garçons, les handicapé.es, les autochton.e.s, en fin toute la population peut accéder en ayant les mêmes opportunités aux ressources et donc développer son plein potentiel en réalisant ses rêves? J’ai travaillé avec des organismes et des équipes fantastiques pour donner cet accès aux populations vulnérables : développement économique durable et local, employabilité. Je me définis donc comme une « connectrice » sociale pour un bien-être social.

 

La technologie est omniprésente, nous l’utilisons à tous les jours elle est un moyen facilitateur magnifique pour réussir les projets et atteindre les objectifs. Je l’utilise sans bien connaître comment elle était conçue, mais bien contente parce qu’elle permet l’efficience et le dépassement de différentes barrières : géographiques, du temps et économiques.

 

Dans les dernières années, la 4ème révolution industrielle est de plus en plus tangible dans ma vie de tous les jours et je découvre que la technologie devient une ressource importante d’exclusion. Comment faire un site web? Comment faire un blog? Comment faire le marketing social? Comment programmer une application mobile? Comment connecter des objets? Comment l’intelligence artificielle entre dans nos vies? Ce sont des questions pour plusieur.e.s entre nous. Une grande partie de la population est loin d’être outillée pour bien comprendre les réponses à ces questions. La littératie numérique devient un incontournable pour y comprendre. Par ailleurs, elle devient un facteur d’inclusion sociale. Les emplois sont en train de changer: comment nous pouvons faire partie de cette société si nous n’avons pas les connaissances pour évoluer aussi? Les applications sont devenues des outils importants pour trouver des solutions aux problèmes quotidiens: comment les créer; comment bien les utiliser; comment donner l’accès à la population qui est plus éloignée; comment se sentir en sécurité dans un monde de plus en plus technologique ? L’enjeu et de plus en plus important!

 

C’est en réfléchissant à tout cela que je suis arrivée à une conférence de Creative Mornings à Montréal, où la conférencière était Cassie L. Rhéaume, leader du Chapitre Canada Learning Code -Montréal et la conférence portait sur les femmes et le code. Wow, une action concrète! Comment amener cela en région? C’est comme ça que je rejoins la communauté de Canada Learning Code. Canada Learning Code est un organisme à but non lucratif qui oeuvre en littératie numérique pour toutes et tous à travers des ateliers de sensibilisation qui sont un outil d’inclusion et de transformation partout au Canada. Moi, une fille sociale en technologie? Oui, mais toujours sociale car l’accès au savoir faire avec la technologie passe nécessairement pour la connectivité sociale. Le partage de connaissances est incontournable. C’est ainsi, que je suis devenue la leader du 33ème Chapitre de Canada Learning Code : Chapitre Rive Sud de Montréal, avec l’objectif de bâtir une communauté de personnes, organismes, entreprises fantastiques qui soient intéressés à donner des compétences en technologie et les compétences associées comme le travail en équipe, la créativité, l’estime de soi, la résolution de problèmes, entre autres, aux femmes, aux immigrant.e.s, aux filles et garçons de la Montérégie. Tous uni.e.s par un même objectif : donner les outils pour que nous puissions tous et toutes s’épanouir dans cette société de plus en plus digitale et bâtir un monde meilleur!

 

Partager cette publication